La crise sanitaire a propulsé les formations à distance, le digital learning, les classes virtuelles sur le devant de la scène. La multiplication de ces outils peut aider à faire face aux contraintes. Mais ce ne sont que des outils, si la relation de formateur au stagiaire reste dans une posture de « sachant » à « apprenant », que ce soit à distance ou en présentiel, le stagiaire n’est toujours que le produit et non le sujet de la formation.

Les métiers de service, même accompagnés de la meilleure technologie, restent des métiers du contact, du savoir être, en cela le présentiel restera incontournable.

L’USPG vous partage un article qui synthétise les avantages et les inconvénients du digital learning.

 

Depuis le 9 janvier 2020, l’USPG est à la recherche d’un lieu pour s’implanter en Cornouaille. Après avoir étudié déjà quelques pistes, les besoins et les envies se précisent. Dans l’esprit de la création de l’USPG, nous souhaitons être au plus près des réalités du monde agricole et marin avec lequel nous travaillons au quotidien. Logiquement nous recherchons.

Le rêve de l’USPG est d’avoir à proximité immédiate une ferme ou un bassin de production ou sont réunies plusieurs composantes alimentaires : élevage, transformation, maraîchage, mais aussi pêche à proximité tant qu’à faire. On peut aussi s’installer à la ferme !

Le Run Ar Puñs est un lieu culturel sur Châteaulin (29) qui accueille un bar associatif, une salle de concert, des bureaux, une maison d’hébergement à destination des artistes et des logements privés et ce depuis une trentaine d’années. L’association développe ses activités et a lancé un nouveau projet « le Projet du Hameau ». Celui-ci consiste notamment à créer un éco-restaurant d’utilité sociale. C’est :

  • Une organisation du travail et une gouvernance progressiste et humaine
  • Un lieu convivial et tolérant
  • Une passerelle pour permettre à la clientèle un accès à l’art et la culture portés par le lieu
  • Un service de proximité ouvert à tous qui vise les habitants et travailleurs du pays de Châteaulin mais aussi le public ou encore les touristes de passage
  • Un terrain d’application des principes de circuits-courts, d’économie circulaire, de Slow-food et de Lowtech
  • Une structure ouverte à l’insertion professionnelle.

Depuis avril, l’USPG accompagne le Run ar Puñs pour les missions suivantes:

  • Accompagner la définition du projet politique alimentaire du lieu.
  • Définir les contours des circuits d’approvisionnement.
  • Faire une proposition culinaire.
  • Participer à la conception d’une cuisine avec les principes Low Tech.
  • Proposer une organisation du travail et un budget prévisionnel

Plus d’infos sur l’article du Ouest France du 26 mai 2020.

Découvrez cette collaboration en image :

Atabula, média d’information sur le secteur de la gastronomie à destination des professionnels et de tous les passionnés, a donné la parole à l’université des sciences et des pratiques en ces temps de confinement. Retrouvez l’interview de Xavier Hamon, directeur de l’USPG:

https://www.atabula.com/2020/04/07/podcast-allo-confinee-avec-xavier-hamon-notre-systeme-alimentaire-valorise-la-mode-et-lephemere-mais-pas-lessentiel-sa-fonction-nourriciere/

Le projet est dans les tuyaux depuis plusieurs mois, il s’est concrétisé ce lundi 10 février 2020 par la signature d’une convention de tous les acteurs du consortium.

Redon Agglomération, le CRAPAL: Conservatoire des Races Animales des PAys de la Loire, la fédération des races de Bretagne, l’Alliance Slow Food des cuisiniers, le lycée ISSAT, l’association « Pas bête la fête » et l’USPG ont confirmé leur engagement et leur souhait d’accompagnement d’une étude d’opportunité, de faisabilité et de recherche d’un site sur le territoire de Redon agglomération, en vue d’y implanter un Pôle des Transitions Alimentaires.

Le projet vise à créer une nouvelle façon d’aborder les métiers de bouche et le secteur de la restauration : valoriser le métier, repenser l’approvisionnement, le lien avec le consommateur-citoyen … A l’issue de l’étude, le projet consistera en la création d’un lieu aux fonctions diversifiées qui abritera de la formation, de l’éducation, de l’économie, de l’animation et de la culture.

Initiateur du projet avec l’Alliance Slow Food des cuisiniers, l’université a souhaité participer à la création de ce consortium autour de l’alimentation durable, et de l’élevage paysan en particulier, car elle a besoin, avec les autres acteurs de la filière, de s’interroger sur les grandes mutations sociales, alimentaires, agricoles et culturelles auxquelles nos sociétés doivent faire face. Les métiers de l’alimentation, de la terre à l’assiette, sont confrontés à des bouleversements qui vont impliquer des changements importants de nos pratiques. Il est donc nécessaire de se doter d’outils communs avec tous les acteurs des filières alimentaires et notamment de l’élevage paysan.

 

L’USPG quitte les ateliers Jean Moulin à Plouhinec, mais reste attaché aux acteurs du territoire du Cap Sizun

 

Le travail fourni par USPG depuis son arrivée dans le Cap Sizun au printemps 2018 montre l’appétit des acteurs du territoire (A vos Papilles, Grand site de France, SNSM, Office de tourisme, Collectif des entreprises du Cap Sizun, Collectif On y est, Association du marché bio, local et musical, Adapoc) et bien au-delà (visite de Slow Food international, du Conseil de l’Europe, Assemblée Générale de l’Alliance des Cuisiniers France). Ces mois d’activité ont permis l’engagement de partenariat sur les sujets de la transition alimentaire cuisine et de l’alimentation en général pour répondre aux attentes sociétales et défis écologiques. La relation aux acteurs du territoire a vocation à nourrir le projet de l’université et son niveau d’ambition.

Malheureusement, le mode de gestion et de gouvernance de l’ensemblier (Plateau Urbain et La Nouvelle imagerie) des ateliers Jean Moulin (où nous sommes domiciliés) depuis leur arrivée en juillet, c’est avéré incompatible avec notre calendrier et la nature des missions.

L’université des sciences et des pratiques gastronomiques – USPG a donc décidé en conseil d’administration ce vendredi 10 janvier 2020 de quitter le site des Ateliers Jean Moulin à Plouhinec. La décision a été annoncée lors de la rencontre avec Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne, lors de sa visite le même jour, en présence des élus du Cap Sizun, de l’A3JM (ensemblier et gestionnaire du site) et du collectif A Vos papilles (qui a également annoncé sa décision de quitter les ateliers Jean Moulin le même jour).

Attaché comme nous à soutenir l’ambition du bien manger comme projet de développement local des territoires bretons, le président de la région nous a affirmé sa volonté de poursuivre la coopération avec l’université des Sciences et Pratiques gastronomiques et « A vos papilles ».

Dans les semaines à venir, nous allons explorer ensemble un site approprié.

Les différentes rencontres avec les acteurs du territoire ont permis de créer des opportunités de faire vivre la cantine le temps d’un repas et de ce fait de tester le futur modèle de cantine porté par l’université.

C’est ainsi qu’à l’occasion de la route de l’amitié le 27 juillet dernier sur le port de Poulgoazec, l’USPG a accueilli pour le déjeuner une centaine de marins et de bénévoles de la SNCM à la cantine. Au menu, du poisson (évidemment !) ; un merlu sublimé avec des légumes rôtis de Racines littorales à Plouhinec et Terra Terre à Beuzec Cap Sizun.

Les bénévoles de la SNCM arrive à la cantine

De la même façon, lors des rencontres des Grands Sites de France le 9 octobre dernier, le syndicat mixte Cap Sizun Pointe du Raz a sollicité  l’université pour proposer un dîner bon, propre et juste pour les 15O adhérents du réseau présents à cette soirée.

Un retour sur le menu proposé lors de cette soirée:

Velouté de courge Hokkaido, gnocchi de Kerpondy

Légumes de saison rôtis, jus d’oignons rosés, cochon de Plouhinec confit

Pomme rôtie aux fruits secs, crumble de sarrasin, crème crue

La convivialité lors du service au self